Le scanner 3D iPad aide les scientifiques de l’Université de Washington à mesurer le gonflement des jambes des patients atteints d’éléphantiasis

En collaboration avec des travailleurs du Sri Lanka, des scientifiques de la faculté de médecine de l’Université de Washington à St Louis ont utilisé un scanner 3D infrarouge monté sur l’iPad pour mesurer l’élargissement et la défiguration des membres chez les patients atteints d’éléphantiasis. Cette technique pourrait remplacer des méthodes plus anciennes et peu pratiques.

jambe imprimée en 3d à l'aide d'une imprimante 3d, ceux qui sont atteints d'éléphantiasis

Les moustiques ont la capacité de transmettre toutes sortes de maladies, comme le paludisme, la fièvre jaune, la fièvre Zika et la dengue, toutes les maladies sont propagées par des mouches dangereuses. La filariose lymphatique est une autre maladie transmise par les moustiques (peut-être moins connue) qui touche 120 millions de personnes dans le monde et qui peut causer un gonflement et une difformité importants des jambes.

Ce gonflement et cette difformité des jambes sont connus sous le nom d’éléphantiasis, et les patients qui souffrent de cette condition doivent être constamment surveillés. En effet, les jambes gonflées sont causées par des vers parasites qui pénètrent dans le système lymphatique et empêchent les vaisseaux lymphatiques de fonctionner correctement. Cette affection est aussi appelée lymphoedème.

Habituellement, les médecins et les infirmières utilisent un ruban à mesurer ou une simple technique de déplacement d’eau pour mesurer les changements dans la forme et la taille des jambes, mais les chercheurs de la Washington University School of Medicine pensent qu’ils ont trouvé une meilleure solution.

Travaillant avec des collaborateurs au Sri Lanka, les scientifiques de l’université du Missouri ont montré qu’un scanner 3D portable attaché à un iPad peut mesurer l’élargissement et la défiguration des membres plus rapidement et plus facilement.

Cela signifie que les travailleurs de la santé peuvent traiter un plus grand nombre de personnes en moins de temps, tout en fournissant des mesures très précises.

« C’est important parce qu’il permettra aux médecins et aux chercheurs de prendre des mesures très précises des membres dans les pays en développement, où il y a souvent peu d’outils pour surveiller les membres enflés », déclara l’auteur principal Philip J. Budge, MD, PhD, le professeur adjoint de médecine à la Division des maladies infectieuses de l’Université de Washington.

Une étude réalisée à Galle, au Sri Lanka, a montré que le scanner 3D infrarouge permettait de mesurer le volume des jambes et la circonférence des membres en plusieurs points aussi précisément qu’avec un déplacement d’eau ou un ruban à mesurer.

L’outil de balayage, développé par la startup Atlanta LymphaTech, est un capteur infrarouge simple qui fonctionne comme un dispositif Kinect de Microsoft, produisant une reconstruction en 3D précise des jambes d’un patient.

la moustique atteinte de la maladie éléphantiasis

Lorsque Budge et Ramakrishna Rao, un collègue de l’Université de Washington, ont entendu parler de LymphaTech, ils ont formé un groupe de recherche afin de tester le dispositif sur 52 patients atteints de lymphoedème à des stades divers à la clinique de Galle.

L’étude a montré que le scanner 3D était une option plus pratique que la technique de déplacement d’eau largement utilisée.

La méthode de déplacement de l’eau consiste à amener les patients à mettre leur jambe dans un réservoir d’eau, puis à mesurer la quantité d’eau qui en sort. Elle fonctionne, mais elle est incroyablement encombrante et peu pratique à utiliser sur le terrain, surtout chez plusieurs patients.

En utilisant le scanner infrarouge, les scientifiques ont pu obtenir un niveau de précision similaire à celui des options de mesure de l’eau et du ruban, mais beaucoup plus rapide. Il a fallu en moyenne 2,2 minutes pour scanner les deux jambes d’un patient, tandis que les méthodes de mesure à ruban et de déplacement de l’eau ont pris en moyenne 7,5 minutes et 17,4 minutes à tour de rôle.

« L’outil de numérisation est également pratique », déclara Budge. « De nombreux patients dont les membres sont enflés ont souvent beaucoup de difficulté à se rendre à la clinique pour faire prendre leurs mesures. Le scanner doit permettre d’effectuer des mesures extrêmement précises des membres chez le patient ou dans les villages, sans équipement encombrant ou gênant pour le patient. »

Budge a ajouté qu’à sa connaissance, il s’agissait du premier cas de scan en 3D utilisé pour évaluer les patients atteints d’un lymphoedème filaire.

De plus, en raison du succès de l’étude, le dispositif LymphaTech a maintenant été intégré dans un essai clinique international de deux ans auquel Budge participe. L’essai tentera d’évaluer la pertinence de l’antibiotique-doxycycline comme moyen de réduire l’enflure et la défiguration chez les patients atteints de filariose lymphatique.

« Il a si bien fonctionné qu’il  a été ajouté comme outil de mesure (à l’essai) », déclara Budge.

L’étude « Le scanner 3D portable évalue les patients atteints d’éléphantiasis » a été publiée dans l’American Journal of Tropical Medicine and Hygiene.

XJet annonce les nouvelles imprimantes 3D Carmel 1400 et NPJ 3D en céramique et en métal

La société israélienne d’impression 3D XJet Ltd. a lancé sa nouvelle gamme d’imprimantes 3D XJet Carmel AM System. La nouvelle série comprend les systèmes Carmel 1400 et Carmel 700 AM, dont le premier sera présenté lors du prochain salon formnext 3D printing à Francfort, en Allemagne.

imprimante 3D XJet Carmel 1400

Les deux nouvelles imprimantes 3D sont basées sur la technologie brevetée NanoParticle Jetting de XJet, qui permet l’impression 3D sur céramique et métal en utilisant des encres nanoparticulaires de l’un ou l’autre matériau pour construire des objets.

Plus précisément, la technologie NanoParticle Jetting de XJet utilise des cartouches scellées remplies de « nanoparticules solides dans une suspension liquide ». Lorsque ceux-ci sont chargés dans l’imprimante 3D, ils sont jetés à l’aide d’un système complexe de buses, qui déposent des « gouttes ultrafines » d’encres sur le plateau de production.

À l’intérieur de l’enveloppe, des températures extrêmement élevées évaporent efficacement la suspension liquide de l’encre, ce qui se traduit par des couches denses en céramique ou en métal. Enfin, une fois le processus d’impression terminé, les pièces imprimées et les matériaux de support peuvent être frittés et enlevés.

pièces en céramique de l'imprimante 3dxjet-announces-new-carmel-1400-700-ceramic-metal-npj-3d-printers-3

« La technologie de NanoParticle Jetting est une technologie unique de jet d’encre 3D qui redéfinit la fabrication d’additifs pour les métaux et la céramique », expliqua Hanan Gothait, le PDG et fondateur de XJet. « D’autres technologies de fabrication d’additifs font appel aux poudres, mais nous offrons une véritable percée en tirant parti de notre savoir-faire de pionniers de l’impression à jet d’encre et de l’impression 3D. »

« Notre solution imprime des couches très fines de matériaux de construction et de matériaux de support pour permettre la création de géométries complexes dans un processus très simple et très sûr. Alors que nous n’imprimons actuellement qu’un seul seul matériau de construction, nous pourrions théoriquement imprimer plusieurs matériaux de construction. »

En termes de spécifications, la nouvelle imprimante 3D XJet Carmel 1400 dispose d’une enveloppe de 500 x 280 x 200 mm, tandis que l’imprimante 3D Carmel 700 dispose d’une enveloppe un peu plus petite de 500 x 140 x 200 mm. Les deux machines sont capables d’imprimer des pièces en 3D en céramique et en métal et elles offrent un haut niveau de détail pour les pièces imprimées.

pièces en métal de l'imprimante 3D XJet Carmel 1400pièces en métal de l'imprimante 3D XJet Carmel 1400

L’imprimante 3D légèrement plus avancée, la Carmel 1400, fonctionne avec Autodesk Netfabb Ultimate et elle est accompagnée d’une application mobile, qui permet de contrôler à distance les impressions. Quant à elle, la Carmel 700 est commercialisée comme une solution plus rentable pour la même qualité d’impression ; elle fonctionne avec Autodesk Netfabb Standard et elle n’est pas livrée avec l’application mobile.

XJet présentera son imprimante 3D en métal et en céramique Carmel 1400 à l’occasion de formnext 2017, un salon industriel d’impression 3D qui se tiendra à Francfort en novembre prochain. Le chef de l’exploitation de la société, Dror Danai, sera également présent à l’événement pour parler de la technologie innovatrice NPJ.

« La XJet Carmel 1400 est équipée d’un plateau de 1400 m², l’un des plus grands de l’industrie, pour une production de grande capacité et une capacité unique de l’impression en céramique et en métal », commenta Danai. « Le système XJet Carmel 1400 a déjà été livré chez un client et d’autres détails seront communiqués lors du prochain salon formnext. »

l'imprimante 3d en action

Fondé en 2005, XJet est devenu un innovateur dans l’industrie de la fabrication d’additifs, offrant des solutions pour l’impression 3D précise et rentable en matière de métaux et céramiques. La société a d’abord annoncé sa technologie NanoParticle Jetting pour l’impression 3D en métal en 2015 et nous a enthousiasmés lorsqu’elle a annoncé que le système pouvait également traiter les matériaux en céramique.

Si vous avez l’intention de visiter le prochain salon cette année, vous trouverez XJet dans le hall 3.1, stand E20.